•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Patrimoine, un projet qui vire au cauchemar : Reportage de René Saint-Louis

Le 15-18, ICI Première.
Rattrapage du 12 nov. 2020 : Caserne 26 et secrets du fleuve

Patrimoine, un projet qui vire au cauchemar : Reportage de René Saint-Louis

La restauration de la caserne 26 tourne au cauchemar

Un grande structure de métal entourée d'une palissade.
Voici tout ce qui reste de la caserne 26.PHOTO : Radio-Canada / René Saint-Louis
Le 15-18, ICI Première.
Le 15-18Publié le 12 novembre 2020

Construite en 1901, la caserne de pompiers n° 26 est un bâtiment emblématique de l'est de l'arrondissement Le Plateau-Mont-Royal. À ses débuts, l'édifice abritait l'Hôtel de Ville du village De Lorimier. Ravagé par un incendie en 1999, le bâtiment devait être restauré depuis 2015, mais le projet a mal tourné.

Là où s’élevait la caserne, il ne reste plus qu’une structure de métal. La façade de pierre grise a été démontée et entreposée, et les murs n’existent plus. Avec le temps qui passe, on s’est retrouvé avec des pans de murs de maçonnerie qui sont exposés aux gels et dégels, donc, forcément, après six mois, on s’est retrouvé avec des fissures, et des gens ont voulu enlever des portions de mur, explique l’architecte Gabriel Deschambault, de la Société d'histoire du Plateau-Mont-Royal.

Le contrat de restauration, qui s’élevait à 11 millions de dollars, a été résilié, même si la moitié du montant prévu au départ a déjà été dépensée.

La caserne 26 en 1920

Archives de la Ville de Montréal

Selon Gabriel Deschambault, la catastrophe aurait pu être évitée : Selon moi, ce bâtiment était tout à fait récupérable et, là où ça s’est gâté, c’est quand on a commencé à exiger des modifications. Afin de se conformer aux différentes exigences de tout un chacun, différentes modifications ont été prévues au bâtiment, ce qui a compliqué la reconstruction. L’architecte met aussi en doute l’expertise des firmes qui ont été embauchées.

Maintenant que le projet est au point mort, impossible de dire ce qu’il adviendra du bâtiment. Les pompiers qui l’occupaient ont déménagé depuis longtemps. La Ville de Montréal a installé une palissade tout autour du chantier, et un écriteau précise que la préparation des plans et devis, l’appel d’offres et les travaux se feront entre 2020 et 2023.