•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le 15-18, ICI Première.
Le 15-18, ICI Première.
Rattrapage du 15 mai 2020 : Jardinage et maisons de chambres

Les maisons de chambres protégées à Montréal : Reportage de René Saint-Louis

Les maisons de chambres protégées dans les quartiers centraux de Montréal

Publié le 15 mai 2020
Une porte en bois sale et abîmée sur laquelle se trouvent 10 sonnettes.
La porte d'entrée d'une maison de chambres de MontréalPHOTO : Radio-Canada / René Saint-Louis

Six arrondissements centraux de Montréal ont décidé d'interdire la conversion des maisons de chambres en d'autres types d'habitations afin de freiner leur disparition.

Cette interdiction concerne les arrondissements Ville-Marie, Le Plateau-Mont-Royal, Sud-Ouest, Rosemont–La Petite-Patrie, Mercier–Hochelaga-Maisonneuve et Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension. On y note une lente disparition des maisons de chambres depuis le début des années 2000, notamment en raison de l'envolée des prix de l’immobilier. L’arrivée des plateformes de location de courte durée a aussi ajouté de la pression sur les maisons de chambres, car des gens voulaient reconvertir ces habitations pour en faire de la location à court terme, indique le responsable de l'habitation au comité exécutif de la Ville de Montréal, Robert Beaudry.

Or, les maisons de chambres sont souvent le dernier filet avant la rue pour les personnes marginalisées. Pour certaines personnes, la maison de chambres, ça représente un chez-soi, affirme la porte-parole du Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec, Marjolaine Deneault. C’est un lieu qui leur convient parce que c’est petit, donc, ça ne demande pas beaucoup d’entretien, mais aussi parce que c’est un lieu de socialisation. Ça permet de rencontrer d’autres personnes, de s’entraider. Ce sont souvent des personnes marginalisées, qui n’ont pas d’autres endroits où aller.