•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le 15-18 sur ICI Première.
Le 15-18 sur ICI Première.
Rattrapage du 6 mai 2020 : Liberté d'aîné et ministre de la Famille

Volontaire dans un CHSLD pour être auprès de sa mère : Reportage René Saint-Louis

Il se fait embaucher par un CHSLD pour pouvoir voir sa mère

Publié le 6 mai 2020
Un homme portant un masque chirurgical.
Gilles Goulet s'est fait embaucher au CHSLD où réside sa mère.PHOTO : Radio-Canada / René Saint-Louis

Gilles Goulet ne pouvait pas concevoir de ne pas voir sa mère pendant des mois. Il s'est donc inscrit à la plateforme Je contribue du gouvernement du Québec, en demandant à être envoyé au centre d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) où sa mère est hébergée. L'entreprise a été un succès, mais une fois rendu sur place, on lui a dit qu'il ne pouvait tout de même pas voir sa mère.

Gilles Goulet est renversé par cette directive des gestionnaires du centre. C’est un peu comme si on me disait que tous les mourants doivent mourir également, avec la même détresse et le même isolement, déplore-t-il.

Heureusement, ses collègues du CHSLD l’ont fortement encouragé à passer du temps avec sa mère, qui a beaucoup profité de sa présence. La dame de 88 ans est atteinte d'alzheimer et de diabète, et elle souffre de problèmes de vision et de surdité. Elle a, en plus, contracté la COVID-19, mais elle n’a encore aucun symptôme.

Je trouvais essentiel d’être présent, surtout au moment des repas, explique Gilles Goulet. Ma mère ne s’alimente pas si nous ne sommes pas là. La présence de ses proches est bénéfique pour elle. C’est à peu près tout ce qu’elle aime dans la vie; il n’y a rien d’autre. Ce n’est pas la télévision, ce ne sont pas les activités du centre, ce n'est rien d’autre que ses enfants.

Visiblement, sa mère a souffert de son isolement : Elle était éteinte. Mais, progressivement, au cours de la soirée, elle s’est améliorée. Et, à la fin, elle était beaucoup plus animée. Elle a fait des blagues et elle a souri.

Gilles Goulet, qui vient de commencer ce nouveau travail, compte bien le poursuivre et prendre soin de sa mère et des autres résidents du CHSLD.