•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le 15-18, ICI Première.
Le 15-18, ICI Première.
Rattrapage du 17 mars 2020 : Aide alimentaire et aide financière

L’impact de la crise sur les enfants démunis : Reportage de Dominic Brassard

Coronavirus : moins d'aide alimentaire pour les plus démunis

Publié le 17 mars 2020
Un homme choisit une boîte parmi un assortiment de boîtes de céréales placées sur une tablette.
Certains organismes peinent à continuer d'offrir de l'aide alimentaire en raison de la crise du coronavirus.PHOTO : Ivanoh Demers

Avec la fermeture des écoles et des services de garde, des enfants de milieux défavorisés n'auront plus accès à trois repas par jour. Cela inquiète bon nombre d'organismes communautaires, qui ont vu eux-mêmes leurs activités perturbées par la crise du coronavirus.

Le Garde-Manger Pour Tous, un organisme de Pointe-Saint-Charles, a l’habitude de servir 2500 repas par jour dans les écoles du Grand Montréal. Mais les écoles étant fermées, les enfants n’ont plus accès à ce service alimentaire. Ça m’attriste énormément, parce que je me demande comment on va rejoindre les plus pauvres des plus pauvres, déplore la directrice générale de l’organisme, Ghislaine Théorêt.

Le Garde-Manger Pour Tous a même dû mettre à pied certains de ses employés en raison de la réduction de ses activités. On n’est pas assez forts pour assumer tous les salaires, se désole Ghislaine Théorêt. J’espère que l’État va les compenser pour ça.

Elle souhaite aussi que les autorités prévoient des façons de soutenir la population en ces temps de crise : On peut s’organiser pour deux semaines, mais s’il fallait que ça dure pus longtemps, il va falloir une organisation, qu’on réfléchisse ensemble à des façons d’aider les plus démunis.

De son côté, l’organisme Jeunesse au Soleil continue d’offrir de l’aide alimentaire. Les sacs de denrées sont confectionnés à l'avance afin d’éviter les files dans les locaux de l’organisme.

Jeunesse au Soleil doit toutefois composer avec un nombre réduit de ses effectifs, puisque bon nombre de ses bénévoles ont plus de 70 ans et doivent donc éviter de sortir de chez eux. C’est un grand défi, affirme la directrice des communications de Jeunesse au Soleil, Anne St-Arnaud. On a besoin d’aide, mais on veut éviter la propagation du virus. Donc, on essaie de maintenir les services avec nos employés et nos bénévoles en nombre réduit.

L’organisme a dû, en outre, annuler des activités de collecte de fonds. Il craint donc de manquer de ressources pour répondre à une demande d’aide alimentaire qui sera inévitablement plus grande en raison de la crise et des pertes d’emplois.