•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Chats errants, les bénévoles à bout de souffle : Le point avec J. Burgell

Publicité : Annie Desrochers anime Le 15-18 à ICI Première, en semaine 15h
Audio fil du vendredi 19 avril 2019

Chats errants, les bénévoles à bout de souffle : Le point avec J. Burgell

La stérilisation des chats errants, un important travail bénévole

Gros plan de la tête d'un chat tigré gris devant des feuilles.
Un chat errantPHOTO : Getty Images / iStock / Kateryna Mashkevych
Publicité : Annie Desrochers anime Le 15-18 à ICI Première, en semaine 15h
Le 15-18Publié le 19 avril 2019

À Montréal, ce sont des bénévoles qui s'occupent de capturer les chats errants et de les emmener à la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) pour les faire stériliser. Ces bénévoles souhaitent toutefois que la Ville de Montréal les appuie mieux dans leur travail.

La SPCA estime que la stérilisation est la meilleure façon de contrôler les populations de chats errants. À d’autres époques, on a essayé l’euthanasie, mais ça ne fonctionne pas parce que si on enlève un chat errant, un autre va venir prendre sa place, précise la directrice générale de la SPCA de Montréal, Élise Désaulniers.

Grâce à un programme de la Ville de Montréal, la SPCA stérilise en moyenne 1000 chats par année. Ce programme repose sur le travail de bénévoles qui installent des trappes dans les ruelles. Lorsqu’un chat se fait prendre, les bénévoles le transportent jusqu’à la SPCA, où il est opéré. Ils doivent ensuite le garder à leur résidence, dans une cage, le temps que l’animal se remette de l’opération.

La procédure demande donc beaucoup de temps et d’énergie aux bénévoles, qui doivent en plus payer la nourriture qu’ils donnent aux chats qu’ils capturent. C’est pourquoi plusieurs bénévoles, comme Philippa, demandent à la Ville de les aider : Ce dont on a vraiment besoin, c’est plus de bénévoles et une personne-ressource parce qu’actuellement, il n’y a aucune coordination, aucun encadrement.

La Ville de Montréal s’est montrée ouverte à réfléchir à des solutions pour soutenir les bénévoles.

Les chats errants, une nuisance

Pour endiguer la propagation de chats errants, la Ville de Montréal exigera, dès janvier 2020, de tous les propriétaires de chats que leur animal soit stérilisé et doté d'une micropuce.

Selon Élise Désaulniers, les chats errants peuvent être une véritable nuisance. Des chattes en chaleur, qui n’ont pas été stérilisées, ça fait du bruit et ça peut sentir mauvais aussi, indique-t-elle.

Comme un chat peut être à l'origine de 40 000 descendants en sept ans, la stérilisation est impérative. Les vétérinaires estiment que, lorsque 80 % des chats errants sont stérilisés, la population cesse de se régénérer.