•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

COVID-19 : Réponses à vos questions avec Dr. Mylène Douin et Dr. Cécile Tremblay

Le 15-18, ICI Première.
Rattrapage du 13 mars 2020 : Des réponses à vos questions sur le coronavirus

COVID-19 : Réponses à vos questions avec Dr. Mylène Douin et Dr. Cécile Tremblay

Coronavirus : des réponses à vos questions

Structure en trois dimensions du virus.
Illustration du coronavirus PHOTO : via reuters / Centers for Disease Control
Le 15-18, ICI Première.
Le 15-18Publié le 13 mars 2020

Vous êtes nombreux à nous avoir posé des questions sur le coronavirus et la pandémie qui sévit dans le monde. Nous avons tenté d'y répondre avec l'aide de la directrice de la Santé publique de Montréal, la Dre Mylène Drouin, et de la microbiologiste-infectiologue Cécile Tremblay.

Le virus peut-il se propager par les conduits d'aération?

Présentement, on n’a aucune preuve que ce virus se transmet par voie aérienne, affirme la Dre Cécile Tremblay. Il se transmet par gouttelettes. Des gouttelettes, ce sont de grosses particules, donc, pour pouvoir l'attraper, il faut se trouver à moins de deux mètres de la personne. Moi, présentement, je n'ai pas d’inquiétude de ce côté-là.

La COVID-19 est-elle dangereuse pour les femmes enceintes et leur bébé?

Il n’y a pas beaucoup de données probantes pour nous dire que les femmes enceintes seraient plus à risque de la contracter ou de développer des complications, estime la Dre Mylène Drouin. Mais on sait que, pour les femmes enceintes, faire de la fièvre, ce n’est pas bon en soi; c'est pourquoi il faut être vigilant. Il y a eu quelques cas d’accouchements, mais il n’y a pas eu de cas de transmission au bébé jusqu’à présent. Il y a eu des études qui ont essayé de voir s'il y avait du virus dans le liquide amniotique ou dans le placenta et il n’y en avait pas, mais ces études étaient limitées.

Faut-il vraiment faire des provisions?

Une personne qui est mise en isolement, habituellement, avec son réseau de soutien, elle est capable de se faire livrer une épicerie, rappelle la Dre Drouin. C’est sûr qu’on demande aux gens de se préparer à cette éventualité, mais pas pour deux mois.

Si l'un de nos proches est en isolement préventif à la maison, devons-nous nous isoler nous aussi si nous vivons au même domicile?

Tant que votre proche n'a pas de symptômes, vous n'avez pas besoin de vous isoler, soutient la Dre Mylène Drouin. Vous pouvez aller travailler, vous pouvez faire vos courses... Mais dès que la personne développe des symptômes, il est possible qu’on vous demande de rester à la maison, encore plus si elle est testée positive au coronavirus.

Qu'arrive-t-il lorsque des gens développent des symptômes et qu'ils sont à risque d'avoir contracté la COVID-19?

À la Santé publique, on les appelle quotidiennement; on leur envoie un thermomètre, des gants, un masque et on leur envoie les consignes, explique la Dre Drouin. Quotidiennement, ils reçoivent un courriel leur demandant de prendre leur température et de nous dire s’ils ont des symptômes. S’ils ne donnent pas de retour, on les appelle. C'est sûr qu'avec le volume de cas qu'on va avoir, on ne pourra plus avoir cette stratégie aussi étroite. On va maintenir les consignes, mais ça va être fait sans la surveillance de la Santé publique individuellement.

Écoutez la période de questions du 15-18 pour connaître les autres explications des docteures Mylène Drouin et Cécile Tremblay.