•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Loi séparant enfants et parents clandestins aux États-Unis

Le 15-18 sur ICI Première.
Audio fil du vendredi 15 juin 2018

Loi séparant enfants et parents clandestins aux États-Unis

Familles d’immigrants séparées aux États-Unis : la société civile doit réagir, selon un spécialiste

Une jeune fille, membre de la caravane des migrants en provenance de l'Amérique centrale, attend de pouvoir franchir la frontière américaine avec sa famille.
Une jeune fille, membre de la caravane des migrants en provenance de l'Amérique centrale, attend de pouvoir franchir la frontière américaine avec sa famille.PHOTO : Reuters / Edgard Garrido
Le 15-18 sur ICI Première.
Le 15-18Publié le 15 juin 2018

« Je suppose, parce que j'ai un peu de foi en mes compatriotes, que l'on va voir une réaction forte », dit Leonard Cavise, professeur émérite à la Faculté de droit de l'Université DePaul, à Chicago.

Leonard Cavise réagit à la décision du président américain Donald Trump de séparer les enfants de leurs parents lorsque des familles tentent d’entrer illégalement aux États-Unis, et de confiner ces enfants dans des bâtiments en attendant que leurs parents soient jugés.

« Cette politique, ce n’est pas une loi, observe le professeur. Elle ne représente pas les valeurs du peuple américain. Ce sont les valeurs d’une administration immorale qui a menti en disant que c’est la faute des démocrates. Il n’y a pas de loi qui dit qu’il faut séparer les enfants des parents. »

« [Donald Trump] dit qu’il déteste voir les enfants être séparés de leur famille. S’il le déteste, il peut changer la politique immédiatement. »

— Une citation de  Leonard Cavise, professeur émérite à la Faculté de droit de l'Université DePaul

Selon lui, on ne peut rien attendre des politiciens américains. Il est convaincu que les démocrates ont trop peur pour agir avant l’élection de mi-mandat en novembre, et que les républicains n’oseront pas contrarier le président Donald Trump. « C’est pour cette raison qu’il faut que cela vienne du peuple », précise-t-il.

Le professeur pense que les procédures pour juger les immigrants illégaux seront longues puisqu’il manque de juges et de ressources.