•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Verdicts rendus au procès de Lac-Mégantic, avec Suzanne Coupal

Le 15-18, ICI Première.
Audio fil du vendredi 19 janvier 2018

Verdicts rendus au procès de Lac-Mégantic, avec Suzanne Coupal

Procès Lac-Mégantic : aurait-il fallu une enquête publique?

Un pompier travaille sur la scène de la tragédie ferroviaire mortelle de Lac-Mégantic.
Un pompier constate les dégâts au lendemain de la tragédie ferroviaire de Lac-Mégantic qui a fait 47 mots dans la nuit du 5 au 6 janvier 2013.PHOTO : Reuters / Christinne Muschi
Le 15-18, ICI Première.
Le 15-18Publié le 19 janvier 2018

L'ex-juge Suzanne Coupal n'est pas du tout surprise de l'acquittement des trois accusés du procès sur la tragédie de Lac-Mégantic. Elle souligne toutefois que plusieurs questions demeurent en suspens.

« On ne sait pas vraiment ce qui s’est passé finalement », dit-elle.

Suzanne Coupal croit qu’il aurait peut-être fallu une enquête publique pour réussir à faire la lumière sur la tragédie : « C’est peut-être une responsabilité qui se partage entre les propriétaires de l'entreprise, pour avoir mal entretenu l’équipement et mal formé le personnel, et le gouvernement, pour les règlements qui n’étaient pas nécessairement à jour. »

« Souvent, cela devient la responsabilité d’une personne, sinon ce n’est plus la responsabilité de personne. »

—  Suzanne Coupal, juge à la retraite

Elle juge néanmoins que l’acquittement des trois hommes, par un jury et non pas par un juge seul, est « réconciliant pour la société d’une certaine manière ».

Une culpabilité difficile à prouver

Suzanne Coupal rappelle qu’à plusieurs reprises au cours du procès, le juge a fait des remarques sur la faiblesse de la preuve. Les jurés se sont donc retrouvés dans une position difficile puisqu’ils devaient juger chacun des trois accusés individuellement, sans faire de liens entre eux, et en se basant sur des preuves plutôt minces.

L’ex-juge souligne également que le verdict reposait sur une question en particulier, à savoir s'il y avait un écart entre les actions posées par les accusés et ce qu’aurait fait une personne raisonnable. Ne connaissant pas le monde ferroviaire, il était difficile pour les jurés de répondre à cette question, selon elle.

Selon Suzanne Coupal, lorsque les jurés ont demandé des précisions au juge, celui-ci leur a dit que s’ils avaient un doute raisonnable, ils devaient acquitter les accusés, et c'est probablement ce qui les a poussés à opter pour ce verdict.