•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le 15-18, ICI Première.
Le 15-18, ICI Première.
Audio fil du mardi 17 octobre 2017

Les ruines du Parlement du Canada-Uni : Entrevue avec Louise Pothier, archéologue

De grandes découvertes archéologiques sur le site de l’ancien parlement de Montréal

Publié le 17 octobre 2017
Une page de livre calcinée
Un fragment du livre « Procès-verbaux des séances de la chambre des députés. Session de 1830 » trouvé sur le site archéologique du Parlement du Canada-Uni à MontréalPHOTO : Pointe-à-Callière

Plus de 300 000 artefacts et écofacts ont été retrouvés cet été sur le site archéologique de l'ancien parlement de Montréal par le Musée Pointe-à-Callière. « Le sol a été généreux! », se réjouit la conservatrice et archéologue en chef du musée, Louise Pothier.

Car oui, Montréal a déjà été capitale. Entre 1844 et 1849, la ville était le centre politique du Canada-Uni. Son parlement trônait à la place D’Youville, dans le Vieux-Montréal, mais il a été ravagé par un incendie en 1849.

Le bâtiment abritait deux bibliothèques, qui ont toutes deux été réduites en cendres. Les archéologues sont tout de même parvenus à retrouver une trentaine de fragments de livres brûlés.

De la vaisselle trouvée sur le site archéologique du Parlement du Canada-Uni à Montréal

Alain Vandal/Pointe-à-Callière

De nombreux autres objets ont été déterrés sur le site : des bouteilles d’alcool et de médicaments, des pièces de monnaie, de la vaisselle, des pipes en terre cuite, des pierres à fusil, des encriers, des pierres ornementales et des instruments liés à l’hygiène, des objets qui ont pu appartenir à ceux qui fréquentaient le site à cette époque, dont certains ont grandement marqué l’histoire du Canada, comme Louis-Hippolyte La Fontaine, John Alexander Macdonald et George-Étienne Cartier.

« C’est un patrimoine extraordinaire qui a refait surface! »

—  Louise Pothier, conservatrice et archéologue en chef de Pointe-à-Callière

Un tampon encreur de l'Assemblée législative du Canada trouvé sur le site archéologique du Parlement du Canada-Uni à Montréal

Alain Vandal/Pointe-à-Callière

Parmi les artefacts trouvés, deux tampons encreurs arborant des sceaux officiels du Parlement ont particulièrement attiré l’attention des archéologues. Après des recherches dans les collections canadiennes, Pointe-à-Callière estime qu’il n’y aurait aucun équivalent à ces objets.





Découverte des Soeurs Grises

Un manuscrit datant de 1849 qui raconte l'incendie du parlement de Montréal

Pointe-à-Callière

Les Soeurs Grises de Montréal ont profité des fouilles pour mener leurs propres recherches. Les religieuses de l’ancien hôpital de Montréal étaient à l’époque voisines du parlement. Leurs archivistes ont découvert un manuscrit datant de 1849 qui relate le terrible incendie qui a détruit le bâtiment. Il s’agit de l’un des rares écrits de témoins oculaires de l’événement.

Un site accessible au public

Tout le long des fouilles, le public a pu visiter le site archéologique. Le trou sera enterré à la mi-novembre et Pointe-à-Callière songe à y installer un pavillon afin de mettre en valeur le patrimoine découvert.