•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Cohabitation entre des maisons des aînés et des garderies : Fatima Ladjadj

Des mains d'une personne âgée et d'un enfant.
La directrice d'Intergénérations Québec estime que le projet de Québec, d'implanter des garderies dans des maisons pour aînés, compte des avantages « extraordinaires » pour les enfants.PHOTO : Getty Images / LumiNola
Le 15-18, ICI Première.
Le 15-18Publié le 13 décembre 2022

Le gouvernement du Québec souhaite implanter des garderies dans les futures maisons pour aînés. Si la nouvelle est accueillie avec enthousiasme, des éléments très importants sont toutefois à prendre en compte pour assurer la réussite d'un tel projet. La directrice d'Intergénérations Québec, Fatima Ladjadj, soutient que ce type d'initiative doit absolument être encadré et planifié en amont afin que tous les besoins soient comblés et que la communication soit fluide entre les deux milieux.

« Sonder l’intérêt et les besoins, c'est la condition sine qua non pour qu’un projet intergénérationnel réussisse. »

— Une citation de  Fatima Ladjadj, directrice d’Intergénérations Québec

Mme Ladjadj salue toutefois l’initiative de Québec et réitère les bienfaits des contacts intergénérationnels.

On estime que la proximité naturelle entre les aînés et les jeunes est la meilleure façon d’abord de briser les préjugés de part et d'autre et de lutter contre l'âgisme, puis de faire en sorte que la société soit beaucoup plus solidaire et inclusive.