•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Les algorithmes et la radicalisation : Entrevue avec Ghayda Hassan, professeure

Publicité : Annie Desrochers anime Le 15-18 à ICI Première, en semaine 15h
Rattrapage du lundi 26 sept. 2022 : Rôle de l’opposition, et premier vote pour des immigrants au Québec

Les algorithmes et la radicalisation : Entrevue avec Ghayda Hassan, professeure

Le rôle des algorithmes dans la radicalisation

Un gros plan sur les mains d'une femme tenant un téléphone intelligent. Les ongles rouges de la femme sont éclairés par l'écran.
L'exposition en ligne à du contenu extrémiste violent peut agir sur le comportement d'une personne mais pas de manière directe, estime la professeure Ghayda Hassan.PHOTO : iStock
Publicité : Annie Desrochers anime Le 15-18 à ICI Première, en semaine 15h
Le 15-18Publié le 27 septembre 2022

Est-il possible de se radicaliser seulement en raison des algorithmes sur le web? De regarder une vidéo faisant la promotion d'idées extrémistes, puis une autre, et une autre, jusqu'à ce que ces idées deviennent les nôtres? La professeure et directrice du Réseau des praticiens canadiens pour la prévention de la radicalisation et de l'extrémisme violent, Ghayda Hassan, appelle à la nuance : « On ne peut pas être radicalisé à la violence et commettre des actes violents uniquement par l'action des algorithmes. »

Il est toutefois vrai, selon elle, que l’exposition à du contenu de ce type peut changer les attitudes et peut conduire à agir de manière violente, pas de manière causale.

Ghayda Hassan explique par ailleurs le flou qui subsiste dans la définition d’un contenu extrémiste violent, et soutient qu’il faudrait aussi s’intéresser aux contenus passerelles.