•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Maud Cohen, première femme à la direction générale de Polytechnique

Le 15-18, ICI Première.
Rattrapage du mercredi 10 août 2022 : Rentrée scolaire sans masque, et Fonderie Horne

Maud Cohen, première femme à la direction générale de Polytechnique

Maud Cohen, première femme à la direction générale de Polytechnique Montréal

Maud Cohen
Maud CohenPHOTO : autre / Polytechnique Montréal
Le 15-18, ICI Première.
Le 15-18Publié le 11 août 2022

Après près de 150 ans d'existence, Polytechnique Montréal sera dirigée par une femme, une diplômée de cette école : Maud Cohen. Karyne Lefebvre la reçoit pour discuter de son nouveau rôle et de la fonction du génie dans notre société.

« J’aborde le leadership de la même façon partout où je suis. Je tente d’engager les gens dans les processus décisionnels », affirme Maud Cohen, qui a occupé des postes de direction dans des entreprises.

« Une institution comme Polytechnique Montréal doit vraiment former l’ingénieur de demain, des êtres humains citoyens qui doivent être en mesure d’apporter des solutions aux problèmes les plus importants qu’on peut vivre. C’est ça, la définition du génie. »

— Une citation de  Maud Cohen, directrice générale de Polytechnique Montréal

Cette ancienne présidente de l’Ordre des ingénieurs du Québec souhaite également continuer d’assurer la renommée de Polytechnique Montréal comme établissement de recherche.

La tragédie de 1989

L’histoire des femmes à Polytechnique Montréal est bien sûr marquée par les événements du 6 décembre 1989. Maud Cohen se destinait à des études en médecine, mais « les événements de Polytechnique sont arrivés et [lui] ont fait connaître le génie ».

En 1991, lorsque Maud Cohen est arrivée à Polytechnique Montréal, 20 % d’étudiantes se trouvaient sur les bancs d’école. Cette année, 30 % seront diplômées de l’établissement. « Je veux que ça soit une profession accueillante; je veux que les femmes s’y retrouvent », affirme Maud Cohen.