•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Prenez garde aux pratiques illégales des concessionnaires de véhicules d'occasion

Plusieurs voitures sont stationnées dans une concession automobile avec des prix de vente affichés sur leur pare-brise.
Il est illégal de demander au consommateur de payer plus que le prix affiché.PHOTO : Reuters / Mike Blake
Le 15-18 sur ICI Première.
Le 15-18Publié le 22 avril 2022

Faites-vous partie des nombreuses personnes qui ont été obligées d'emprunter de l'argent à un concessionnaire qui vous a revendu une voiture usagée? Ou qui ont dû payer des frais inattendus? Le porte-parole de l'Office de la protection du consommateur (OPC), Charles Tanguay, précise que ces pratiques sont illégales et qu'il existe des recours pour récupérer son argent.

Année après année, les concessionnaires de véhicules d’occasion trônent au sommet du palmarès des plaintes à l’OPC. L’organisme consacre d’ailleurs plus de 40 % de ses activités de surveillance au secteur de l’automobile.

Parmi les pratiques les plus décriées : l’obligation de recourir à un emprunt auprès du concessionnaire pour pouvoir acheter un véhicule d’occasion. Charles Tanguay rappelle que la loi est claire à ce sujet : il est illégal de demander, par quelque moyen que ce soit, un prix plus élevé que celui affiché. Cela inclut les frais-surprises que bien des concessionnaires ont l’habitude de facturer à leurs clients.

Le porte-parole de l’OPC invite les gens à refuser de payer de tels frais et à dénoncer les entreprises délinquantes en téléphonant à l’organisme. Il explique en entrevue comment les personnes qui se sont fait flouer peuvent récupérer leur argent.