•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Ukraine, un Québécois documente les horreurs : Jonathan Pedneault

Le 15-18, ICI Première.

Les défis de documenter la guerre en Ukraine

Un tank sur une route désolée avec un feu au loin.
Jonathan Pedneault explique que les Ukrainiens comprennent l'importance des médias et des organismes comme Human Rights Watch pour documenter la guerre.PHOTO : Reuters / Chingis Kondarov
Le 15-18, ICI Première.
Le 15-18Publié le 12 avril 2022

Documenter la guerre, obtenir des preuves de crimes de guerre, trouver des témoins... ces différents défis font partie du travail d'organismes comme Human Rights Watch (HRW), une organisation non gouvernementale internationale. Jonathan Pedneault travaille avec la division crise et conflits de l'organisme. Il s'est rendu en Ukraine au début du conflit, à la fin du mois de février.

C’est un travail difficile, selon celui qui est auteur et chercheur. Lorsque des allégations remontent, « il faut les vérifier, trouver des gens sur place et s’assurer de leur crédibilité ».

« [Ce travail] nous permet par la suite de publier des rapports et de faire un travail de plaidoyer auprès d’institutions internationales comme les Nations unies. »

— Une citation de  Jonathan Pedneault

Jonathan Pedneault explique aussi les difficultés auxquelles font face ces organismes dans certains pays. Il explique que HRW a d'ailleurs été banni de Russie récemment.