•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Plan pour les hôpitaux : un contexte exceptionnel ne justifierait pas tout

À l'avant-plan, deux professionnels de la santé manipulent des fournitures médicales. Derrière eux, d'autres s'occupent d'un patient dans un lit d'hôpital. Tous portent des vêtements protecteurs.
Patrick Martin-Ménard estime que certaines mesures incluses dans le Guide pour la priorisation et la gestion des hospitalisations en courte durée en contexte de pandémie de COVID-19 pourraient être « dévastatrices » pour les droits des patients, en particulier les plus vulnérables.PHOTO : Getty Images / Morsa Images
Le titre de l'émission Le 15-18 avec l'animatrice Annie Desrochers, souriante.
Le 15-18Publié le 18 janvier 2022

« Je pense que l'objectif derrière ça est certainement louable. Par contre, la façon d'y parvenir soulève un grand nombre de questions et de très grandes préoccupations sur les droits des patients », soutient l'avocat spécialisé en droit médical Patrick Martin-Ménard à propos du nouveau plan de contingence mis sur pied par Québec. Pour lui, « il est clair » qu'un contexte d'urgence exceptionnel ne justifie pas tout et qu'il y a « d'autres manières d'arriver à nos fins ».

Me Martin-Ménard croit d’abord que dans le contexte sanitaire actuel, la prise de décision devrait se faire selon deux critères.

Il est très important que la décision soit prise non pas de façon opaque par décret et de façon expéditive par le gouvernement qui s’est doté de pouvoirs exceptionnels, mais qu’elle fasse véritablement l’objet d’une transparence absolue et d’un véritable débat de société qui va impliquer l’ensemble des acteurs, pour qu’on puisse s’assurer que la mesure qu’on adopte répond bel et bien au besoin qu’on a identifié sur le terrain, soutient-il.