•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Les oubliées de l'avortement : Marie-Ève Blanchard de l'organisme Les passeuses

Le titre de l'émission Le 15-18 avec l'animatrice Annie Desrochers, souriante.
Rattrapage du 1er oct. 2021 : Rapport sur la mort de Joyce Echaquan, accès à l'avortement, et Elisapie Isaac

Les oubliées de l'avortement : Marie-Ève Blanchard de l'organisme Les passeuses

Mieux favoriser l'encadrement des femmes qui choisissent l'avortement

Une femme dans un bureau de médecin.
Une femme consulte un médecin.PHOTO : iStock
Le titre de l'émission Le 15-18 avec l'animatrice Annie Desrochers, souriante.
Le 15-18Publié le 1 octobre 2021

Le droit à l'avortement est acquis et protégé au Québec. Malgré tout, des améliorations pourraient être apportées quant à l'accompagnement des femmes. C'est l'opinion de Marie-Ève Blanchard, de l'organisme Les passeuses (Nouvelle fenêtre). Selon elle, on oublie trop souvent de protéger les femmes qui ont accès à l'avortement.

Lorsqu'elle accompagne des femmes qui choisissent l’avortement, Mme Blanchard s’assure de leur fournir un soutien émotionnel et de répondre à leurs questions.

Elle fait remarquer que bien souvent, les femmes qui se font avorter n’ont pas le droit de se faire accompagner par leur conjoint ou par une personne proche.

Un tabou

Malgré la facilité d’accès aux services d’interruption de grossesse, notre invitée raconte qu’un certain tabou demeure au sujet de l'avortement.

Ce soin ne lui paraît pas bien valorisé dans le milieu médical.