•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Une communication efficace et en amont : la clé en santé publique

Les mains d'un couple qui marche dans une rue de Vienne, en Autriche, le 21 septembre 2020. Une main d'homme tient un masque bleu.
Un masque dans la main d'un passant.PHOTO : Reuters / Leonhard Foeger
Le 15-18, ICI Première.
Le 15-18Publié le 17 septembre 2021

Les manifestations antivaccins devant les hôpitaux et les écoles ont beaucoup fait réagir ces derniers jours, et elles laissent croire que l'on fait face autant à un enjeu de santé publique qu'à un autre de sécurité publique. Selon Laurence Monnais et David Morin, mieux vaut ouvrir le dialogue pour contrer l'hésitation vaccinale et le complotisme que de stigmatiser les personnes qui y adhèrent et risquer qu'elles se radicalisent.

Au micro :

  • Laurence Monnais, professeure titulaire au Département d’histoire de l’Université de Montréal et spécialiste de l'histoire des maladies infectieuses et de l’hésitation à la vaccination
  • David Morin, professeur titulaire à l'École de politique appliquée de l'Université de Sherbrooke et cotitulaire de la Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents