•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Transport en commun : moins de service et hausse des coûts, une solution réaliste pour combler le déficit?

Une rame de métro de la ligne orange, déserte, vide. Seule une utilisatrice, de dos, attend de monter.
Les résidents du Grand Montréal utilisent beaucoup moins le transport en commun depuis le début de la pandémie.PHOTO : Radio-Canada / Ivanoh Demers
Le titre de l'émission Le 15-18 avec l'animatrice Annie Desrochers, souriante.
Le 15-18Publié le 2 juin 2021

Pour éviter le déficit accumulé avec la baisse d'achalandage depuis la pandémie, et en prévision d'une autre baisse avec l'entrée en service du Réseau express métropolitain (REM), l'Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) envisage de réduire les services de transport en commun et d'augmenter les tarifs pour les usagers et usagères. Pour le professeur à l'école d'urbanisme et d'architecture de paysage de l'Université de Montréal Jean-Philippe Meloche, une baisse d'achalandage ne devrait pas justifier une hausse de tarif. Il estime que, bien que l'offre puisse être actuellement plus grande que la demande, la reprise économique après la pandémie devrait rétablir l'équilibre.