•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

La Ligue des droits et libertés réclame la fin de l’état d’urgence sanitaire

Assis un à côté de l'autre, François Legault, Christian Dubé et Horacio Arruda sont séparés par des panneaux de plexiglas.
Le premier ministre québécois François Legault s'adresse aux médias en compagnie du ministre de la Santé, Christian Dubé, et du directeur national de santé publique, Horacio Arruda.PHOTO : La Presse canadienne / Jacques Boissinot
Le 15-18, ICI Première.
Le 15-18Publié le 26 mai 2021

« On arrive à un point où il faut poser la question de l'imputabilité des mesures sanitaires qui nous sont imposées », déclare Lucie Lamarche, administratrice de la Ligue des droits et libertés. D'entrée de jeu, elle explique la différence entre l'état d'urgence sanitaire et les mesures sanitaires. « Les mesures sanitaires, c'est tout ce qu'on vit au quotidien. L'état d'urgence sanitaire, c'est ce qui permet au gouvernement de décider de ces mesures sanitaires sans délai et sans formalités, soit sans débat et sans participation. »

La professeure au Département des sciences juridiques de l'Université du Québec à Montréal insiste : il n'est pas ici question de dire que les mesures sanitaires ne sont pas appropriées. Elle dresse une liste de décisions qui vont à l'encontre de nos droits et libertés et énumère plusieurs conséquences engendrées par l'état d'urgence sanitaire.