•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le 15-18, ICI Première.
Le 15-18, ICI Première.
Rattrapage du 3 mai 2021 : Rapport de la commission Laurent, et révolte ouvrière en 1843

Rapport sur la DPJ : Entrevue avec André Lebon de la commission Laurent

Commission Laurent : resserrer les services de première ligne aux enfants

Publié le 3 mai 2021
Radio-Canada / Ivanoh Demers
La Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse, présidée par Régine Laurent, tient une conférence de presse à l'occasion de la publication de son rapport final

Photo prise au BanQ à Montréal, Québec.

Sur la photo: (Gauche à droite) André Lebon
Le 05 Mai, 2021 2021/05/03
André Lebon, vice-président de la Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse.PHOTO : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Les membres de la Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse (CSDEPJ) ont déposé leur rapport, misant sur la quête de dignité pour le bien-être des enfants du Québec. Le vice-président de la commission, André Lebon, croit qu'« il faut tout faire pour éviter que les enfants aient à se rendre aux soins intensifs », dit-il en faisant référence à la Direction de la protection de la jeunesse.

Ce spécialiste de la petite enfance estime que l’important est d’entreprendre rapidement le virage vers la prévention.

Selon lui, il faut s’en remettre de façon plus soutenue aux services de première ligne que sont les CLSC et les organismes communautaires.

« Ces services doivent être le plus accessibles et continus possible », dit M. Lebon.

Porter la voix des enfants à l’oreille des décideurs

Parmi la soixantaine de propositions faites par les membres de la Commission, il est notamment question de nommer une personne qui pourrait agir à titre de commissaire à l’enfance.

D’après André Lebon, cette personne pourrait « faire la promotion des enjeux qui touchent les enfants, parce que c’est une catégorie de citoyens qui n’a pas de voix. »

La Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse a vu le jour après la mort à Granby, d’une fillette de 9 ans, en 2017.

La forte hausse du nombre de signalements à la DPJ a aussi encouragé la mise sur pieds de cette commission présidée par Régine Laurent.