•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le 15-18, ICI Première.
Le 15-18, ICI Première.
Rattrapage du 2 avr. 2021 : Mode en pandémie, et violence conjugale

Manifestations contre la violence conjugale : Chantale Arsenault

Comment tendre la main aux victimes de violence conjugale?

Publié le 2 avril 2021
Une pancarte souligne qu'il eu 160 féminicides au Canada en 2020.
Partout au Québec, plusieurs centaines de personnes ont manifesté contre les féminicides, vendredi.PHOTO : La Presse canadienne / Graham Hughes

Alors que les féminicides se multiplient au Québec, présidente du Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale, Chantal Arseneault, estime que « nous avons une responsabilité individuelle d'être à l'écoute de ce qui se passe et de tendre la main quand nous avons des doutes ». Plusieurs signes peuvent indiquer qu'une femme est victime de violence conjugale : elle change son comportement lorsqu'elle est avec son conjoint, elle se met à refuser les invitations, son conjoint la contacte fréquemment et elle répond toujours avec fébrilité, etc. Chantal Arseneault invite tous ceux qui sont témoins de tels signes à demander à la femme comment elle se sent dans son couple. « Des fois, les femmes ne vont pas tout de suite prendre la perche, mais on peut leur dire qu'on est là pour elles », souligne-t-elle. Elle explique comment la pandémie a joué un rôle dans l'augmentation de la violence conjugale au pays.