•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le 15-18, ICI Première.
Le 15-18, ICI Première.
Rattrapage du 15 mars 2021 : L'asclépiade comme fibre textile, et saturation d'abeilles

Grandes promesses de l'asclépiade : Entrevue avec Ghislain Bouchard d’Eko-Terre

L’asclépiade, une fibre remplie de promesses et de défis

Publié le 15 mars 2021
Gros plan d'une main tenant des fibres blanches attachées à des graines.
Des fibres d'asclépiadePHOTO : Lasclay

Cela fait 10 ans que Ghislain Bouchard rêve d'une fibre textile 100 % québécoise. Il croit que l'asclépiade, aussi nommée « soie d'Amérique », a un grand potentiel pour la production de vêtements. Le directeur général de la division consacrée à cette fibre à Eko-Terre n'est toutefois pas encore parvenu à commercialiser cette plante du terroir. Car si la fibre d'asclépiade comporte de nombreux avantages – elle est notamment légère et imperméable –, elle est cependant très fragile, ce qui complique sa culture, sa récolte et sa transformation. Ghislain Bouchard explique pourquoi, malgré les échecs qu'il a connus par le passé, il continue de croire qu'il y aura, un jour, des vêtements faits d'asclépiade.

De l'asclépiade dans un champ.

Un plan d'asclépiade

iStock