•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Trois féminicides depuis le début de l’année : Chantal Arseneault du RMFVVC

Le titre de l'émission Le 15-18 avec l'animatrice Annie Desrochers, souriante.
Rattrapage du 24 févr. 2021 : Le sirop d'érable comme patrimoine immatériel, et nouveau ministère contre le racisme

Trois féminicides depuis le début de l’année : Chantal Arseneault du RMFVVC

La violence conjugale s’est aggravée en raison de la pandémie, selon des organismes

Une femme assise dans une salle d'audiences parle au micro.
Chantal Arseneault, présidente du Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugalePHOTO : Radio-Canada
Le titre de l'émission Le 15-18 avec l'animatrice Annie Desrochers, souriante.
Le 15-18Publié le 25 février 2021

Les demandes d'aide de la part de femmes victimes de violence conjugale se sont multipliées depuis le début de la pandémie. Mais la violence elle-même s'est également aggravée avec le confinement, comme le souligne la présidente du Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale, Chantal Arseneault.

« On fait face à trois femmes qui se sont fait tuer dans les trois dernières semaines dans des contextes de violence conjugale. »

— Une citation de  Chantal Arseneault, présidente du Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale

La situation se détériore notamment parce que la pandémie est venue donner le contrôle aux conjoints violents, fait-elle aussi valoir.

Mme Arseneault explique également pourquoi il faut des ressources pour aider les femmes rapidement et éviter l’attente. Elle souligne aussi l’importance de la formation appropriée d’autres intervenants comme les policiers, les infirmières et les procureurs.