•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le 15-18, ICI Première.
Le 15-18, ICI Première.
Rattrapage du 28 janvier 2021 : Étude sur la colchicine, et bulle boursière

Réseaux sociaux et popularité du courtage amateur : Robert Pouliot, professeur

Bulle boursière autour de GameStop : la revanche des petits investisseurs?

Publié le 28 janvier 2021
Des passants marchent devant un magasin GameStop à New York.
GameStop, connu au Québec sous le nom d'EB Games, est au cœur d'une tempête boursière sans précédent. PHOTO : Associated Press / John Minchillo

De petits investisseurs se sont mobilisés sur les réseaux sociaux pour acheter massivement des actions de GameStop, d'un détaillant de jeux vidéo qui est pourtant loin d'avoir le vent dans les voiles. Cela a eu pour effet de faire monter en flèche sa valeur boursière, à la grande surprise des gros investisseurs, qui comptaient plutôt sur la faiblesse du titre pour faire un coup d'argent. Est-ce là la revanche des boursicoteurs qui, depuis une quinzaine d'années, sont évincés des grandes transactions boursières? Pas tout à fait, selon le professeur de finances Robert Pouliot, qui y voit plutôt un résultat fortuit.

Le cofondateur de la Coalition pour la protection des investisseurs estime que la bulle boursière qui s’est formée autour de GameStop est un accident de parcours. Il explique que c’est surtout la réaction des grands investisseurs, qui ont racheté leurs actions voyant monter la valeur du titre, qui a fait exploser la valeur de GameStop en bourse. Robert Pouliot est convaincu que les petits investisseurs n’auraient jamais pu prévoir un tel résultat.

Cela ne veut toutefois pas dire que ce genre de phénomène ne se reproduira pas dans le futur. Ces clubs sociaux d’investissement sont une bonne façon pour les boursicoteurs d’avoir une plus grande influence sur les marchés, selon Robert Pouliot. Il souligne que la Bourse de New York, par exemple, est contrôlée à 80 % par des investisseurs institutionnels, comme des caisses de retraite ou des fondations. Le marché est devenu complexe, dit-il. On utilise des algorithmes et il n’y a pas un individu qui peut se payer ça. Pour un individu, c’est de plus en plus difficile d'investir directement à la bourse.