•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le 15-18, ICI Première.
Le 15-18, ICI Première.
Rattrapage du 19 janv. 2020 : L’abandon de Keystone XL, et le REM de l’est de Montréal

Annulation probable du projet Keystone XL : Pierre-Olivier Pineau

Pourquoi l’abandon de Keystone XL ne serait pas une bonne nouvelle pour l’environnement

Publié le 19 janvier 2021
Des tuyaux empilés dehors.
Le pipeline Keystone XL devait permettre d'approvisionner les raffineries du Texas en pétrole lourd.PHOTO : La Presse canadienne / Alex Panetta

De nombreux environnementalistes se réjouissent de la volonté du président américain élu, Joe Biden, d'abandonner le projet de pipeline Keystone XL, qui doit acheminer le pétrole albertain vers les raffineries du Texas. Une telle décision n'aurait toutefois aucun effet significatif sur l'environnement, selon le titulaire de la Chaire de gestion du secteur de l'énergie de HEC Montréal, Pierre-Olivier Pineau.

Le professeur explique que pour vraiment lutter contre les changements climatiques, il faut réduire la consommation de pétrole dans le monde. Or, cette consommation a plutôt augmenté au cours des dernières années, particulièrement aux États-Unis.

Sans pipeline en provenance de l’Alberta, les raffineries américaines auront donc tout de même besoin de s’approvisionner et elles se tourneront vers le Mexique, le Brésil, le Venezuela et la Colombie, tous producteurs de pétrole lourd, comme le Canada. Ces raffineries au Texas, elles ont besoin de pétrole lourd, explique Pierre-Olivier Pineau. C’est justement le type de pétrole qui est issu des sables bitumineux. Les États-Unis produisent du pétrole de schiste, qui est très léger. Les raffineries américaines n’ont pas été conçues pour ce pétrole léger.

« Un pipeline qui n’est pas fait ne va pas sonner la fin du raffinage. M. Biden va faire en sorte qu’on importera du pétrole lourd du Brésil plutôt que du Canada. »

—  Pierre-Olivier Pineau, titulaire de la Chaire de gestion du secteur de l'énergie de HEC Montréal

Le pétrole lourd produit en Amérique latine doit être acheminé par bateau et coûtera donc plus cher aux Américains que le pétrole canadien transporté par pipeline. En outre, l’industrie pétrolière latino-américaine est beaucoup moins réglementée que celle au Canada et il est fort probable que le pétrole produit au sud soit encore plus nocif pour l’environnement que celui produit au nord des États-Unis.

Quitte à utiliser du pétrole, je crois personnellement que c’est mieux pour les Américains de prendre du pétrole canadien, affirme Pierre-Olivier Pineau.

Pourquoi Joe Biden souhaite-t-il importer du pétrole plus cher et potentiellement plus sale? Le professeur répond qu’il s’agit d’un calcul politique : le pipeline Keystone XL est un symbole, et son abandon vise à donner l’impression que le gouvernement américain agit contre les changements climatiques.