•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Entrevue avec Mario Cyr, plongeur-photo

Le 15-18, ICI Première.
Audio fil du lundi 19 juin 2017

Entrevue avec Mario Cyr, plongeur-photo

Mario Cyr : un témoin privilégié de la vie sous les glaces et des fonds marins

Le photographe sous-marin Mario Cyr, en combinaison de plongée, prend une photo alors qu'il est à la surface d'une étendue d'eau glacée
Le cinéaste des profondeurs Mario CyrPHOTO : Courtoisie
Le 15-18, ICI Première.
Le 15-18Publié le 20 juin 2017

« Je ne suis pas un scientifique. Je suis un témoin privilégié, et ce que je veux que les gens comprennent c'est : regardons la beauté du monde et essayons de faire attention pour préserver ça », déclare le plongeur sous-marin et photographe Mario Cyr. Lui qui revient de son trente-septième voyage en Arctique raconte sa passion et sa détermination à vouloir faire briller en surface, sur nos écrans, ce qui se cache sous les eaux.

Plongeur, puis photographe, ce Madelinot entretient une fascination pour le monde marin depuis qu’il est jeune. C’est toutefois par hasard qu’il a entrepris cette carrière et qu’il travaille maintenant pour des magazines comme le National Geographic.

« Une équipe est venue aux îles pour filmer et elle avait besoin d’un guide, alors j’y suis allé, se souvient-il. Mais le caméraman qui venait de la Californie gelait des mains et des pieds au bout de quelques minutes, et moi qui étais habitué dans l’eau froide, j’ai simplement demandé comment la caméra fonctionnait pour aller prendre ces premières images-là. »

—  Mario Cyr, plongeur et photographe sous-marin

Depuis, cet explorateur des fonds marins cumule les expéditions, notamment en eaux glaciales. « Il faut aimer un peu la misère, je dirais! »

Cette endurance physique aux conditions extrêmes lui a d’ailleurs permis d’être l’un des premiers à faire des images de morses sous l’eau. « J’ai un faible pour ces gros mammifères-là », avoue-t-il en riant.