•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le 15-18, ICI Première.
Le 15-18, ICI Première.
Rattrapage du 6 oct. 2020 : Chasser en pandémie et histoire d'Unibroue

Nouvelles mesures sanitaires dans les écoles et les jeunes vulnérables

COVID-19 : les jeunes « laissés à eux-mêmes », déplore Will Prosper

Publié le 6 octobre 2020
Trois bénévoles discutent avec un passant.
Des bénévoles distribuent des trousses, y compris des masques, des gants et de l'information sur la COVID-19, à Montréal-Nord le 2 mai 2020.PHOTO : La Presse canadienne / Graham Hughes

Le documentariste Will Prosper reproche au gouvernement du Québec de laisser à eux-mêmes les jeunes des zones rouges en leur retirant une partie de leurs activités parascolaires et en obligeant les plus vieux élèves du secondaire à étudier partiellement à la maison. Celui qui est aussi porte-parole de l'organisme Hoodstock, qui œuvre auprès des jeunes de Montréal-Nord, considère que les adolescents sont ainsi plus vulnérables à la COVID-19.

L’organisme Hoodstock offrait toutes sortes d’activités parascolaires aux jeunes de Montréal-Nord pour promouvoir les saines habitudes de vie, mais aussi pour les sensibiliser aux risques que représente le coronavirus, mais il a dû cesser ces activités avec l’annonce des nouvelles restrictions pour le milieu de l’éducation. Hoodstock distribue aussi régulièrement des couvre-visages aux adolescents du quartier.

C’est triste, parce qu'en même temps, les intervenants font de la sensibilisation pour expliquer les différentes mesures contre la COVID, comment on peut faire des activités malgré le coronavirus, et ça, c’est un enseignement qui ne sera plus présent, car les jeunes seront laissés à eux-mêmes, déplore Will Prosper. Quand on vit à cinq dans un même appartement, on finit par étouffer, donc les jeunes vont sortir à l’extérieur, mais cette fois-ci, il n’y aura pas d’intervenants.

Le documentariste demande aux autorités de permettre à son organisme de poursuivre ses activités parascolaires auprès des jeunes.

Il rappelle également que plusieurs adolescents de Montréal-Nord n’ont pas accès à un ordinateur ni même à Internet. Hoodstock a d'ailleurs acheté pour 28 000 $ de tablettes électroniques afin d’en distribuer gratuitement aux élèves du quartier qui en ont besoin pour étudier.