•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le 15-18, ICI Première.
Le 15-18, ICI Première.
Rattrapage du 9 sept. 2020 : Robot-écrivain, et aider les élèves en difficulté

Un robot écrit un long texte publié dans le Guardian : L'animateur Matthieu Dugal

Un article du Guardian écrit par… un robot

Publié le 9 septembre 2020
Une silhouette humaine avec un design de circuit imprimé, avec des lignes e code qui flottent par-dessus.
L'algorithme de GPT-3 se base sur 175 milliards de paramètres. Il est le plus puissant modèle de langage jamais construit.PHOTO : iStock

« Je ne suis pas un être humain. Je suis un robot. Un robot qui pense. J'utilise seulement 0,12 % de ma capacité cognitive. » Sans cette introduction, difficile de dire que le long article récemment paru dans The Guardian est l'œuvre d'une machine. Le robot GPT3 a été entraîné à écrire des textes comme un être humain. Cette avancée majeure dans le monde de l'intelligence artificielle rend encore plus pressante l'adoption de règlements pour encadrer ce secteur technologique, selon l'animateur Matthieu Dugal.

GPT3 a été nourri de textes, c’est-à-dire qu’on lui a soumis une multitude de textes pour qu’il en étudie tous les aspects. Matthieu Dugal précise que le robot analyse 175 milliards de variables.

C’est ainsi qu’il a fini par comprendre la façon dont un être humain construit un texte. Il fait, d’une certaine manière, une probabilité sur les mots qui vont suivre un mot, explique Matthieu Dugal. Quand on est dans un mode lifestyle, par exemple, si je mets : "Je fais du yoga", il va continuer en disant : "Ça me libère l’esprit".

Pour que GPT3 puisse rédiger l’article qui a été publié dans The Guardian, huit extraits lui ont été soumis, puis il les a complétés. Les huit textes écrits par le robot ont ensuite été mis ensemble pour former l’article de 500 mots paru dans le média.

C’est très intéressant, il peut y avoir plein de développements, notamment dans le monde du droit et dans le monde de la science, mais, si ce n'est pas réglementé et que c’est à but lucratif, vendu au plus offrant, ça pourrait aller mal, croit Matthieu Dugal.