•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Droit à la déconnexion : Manon Poirier, DG de l'Ordre des conseillers en RHA

Le titre de l'émission Le 15-18 avec l'animatrice Annie Desrochers, souriante.
Rattrapage du 8 sept. 2020 : Édifice La Baie à vendre et fortune de Jeff Bezos

Droit à la déconnexion : Manon Poirier, DG de l'Ordre des conseillers en RHA

Droit à la déconnexion : privilégier le dialogue plutôt que la légifération

Une femme doit travailler pendant son temps libre.
Une femme doit travailler pendant son temps libre.PHOTO : iStock
Le titre de l'émission Le 15-18 avec l'animatrice Annie Desrochers, souriante.
Le 15-18Publié le 8 septembre 2020

La pandémie et le télétravail ont fait du droit à la déconnexion un enjeu encore plus criant qu'il l'était par le passé. Quand on travaille de la maison, il peut être tentant de répondre à ses courriels à toute heure du jour et de la nuit, mais l'absence de rupture entre le travail et la vie personnelle peut avoir des effets néfastes. Faut-il donc inscrire le droit à la déconnexion dans la loi, comme le suggèrent certains? Pas nécessairement, selon la directrice générale de l'Ordre des conseillers en ressources humaines agréés, Manon Poirier. Elle encourage plutôt les employeurs et les travailleurs à aborder la question du droit à la déconnexion et à établir des limites claires pour que l'employé sache à quels moments on s'attend à ce qu'il soit disponible.