•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Début de la saison des Perséides : Entrevue avec N. Ouellette, astrophysicienne

Le 15-18, ICI Première.
Rattrapage du 10 août 2020 : Perséides et rentrée scolaire

Début de la saison des Perséides : Entrevue avec N. Ouellette, astrophysicienne

Des conseils pour bien observer les perséides

Un ciel étoilé est le théâtre de Perséides.
Les Perséides peuvent s'observer un peu partout en Amérique du Nord.PHOTO : iStock
Le 15-18, ICI Première.
Le 15-18Publié le 11 août 2020

Au cours des prochains jours, il sera possible d'observer jusqu'à 80 étoiles filantes par heure dans le ciel. Bien que les conditions ne soient pas idéales cette année en raison de la présence de la lune, les perséides seront visibles, même à Montréal. L'astrophysicienne Nathalie Ouellette donne quelques conseils pour profiter du spectacle.

Elle explique d’abord que les perséides ne sont pas des étoiles, contrairement à ce que l’on pourrait croire : Le nom est un peu trompeur. Ce sont de petits grains de sable cosmiques qui brûlent quand ils entrent dans notre atmosphère.

Chaque année, la Terre traverse, sur son orbite, un nuage de poussière qu’une comète a laissé derrière elle. Le pic d’observation des perséides, qui survient au mois d’août, correspond au moment où notre planète traverse la portion la plus dense du nuage de particules.

C’est à ce moment que l’on peut observer le plus grand nombre d’étoiles filantes dans le ciel. Pour mettre toutes les chances de son côté, il est recommandé de s’installer à l’extérieur, le plus loin possible des sources de pollution lumineuse.

Nathalie Ouellette soutient qu’il est possible d’admirer les perséides même à Montréal, en allant dans un parc et en s’éloignant des lampadaires, par exemple.

L’astrophysicienne coanimera d’ailleurs une émission sur les ondes de CISM, la station de radio de l’Université de Montréal, mercredi à 21 h, pour accompagner les observateurs. On va vous guider pour que vous sachiez où regarder dans le ciel pour profiter de ce spectacle cosmique, explique-t-elle.

Cette émission clora une série de conférences virtuelles qui seront diffusées mercredi, à partir de 19 h 30, sur la page Facebook du campus MIL et sur la chaîne YouTube de l’Institut de recherche sur les exoplanètes.

Dans le cas des perséides, l’observation se fait à l’œil nu, mais ceux qui possèdent un télescope pourront aussi admirer certains détails des planètes Jupiter et Saturne, qui sont particulièrement brillantes ces jours-ci et que l’on peut apercevoir au sud.