•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le 15-18, ICI Première.
Le 15-18, ICI Première.
Rattrapage du 14 mai 2020 : Rentrée repoussée et crises

Pas de retour à l'école avant septembre : Entrevue avec Hélène Bourdages

L’enseignement secondaire pourrait se faire à la fois en classe et à distance

Publié le 14 mai 2020
Un enfant dans une salle de classe lève le bras en tenant un crayon dans sa main.
Un enfant en classePHOTO : iStock

Selon la présidente de l'Association montréalaise des directions d'établissements scolaires, Hélène Bourdages, plusieurs écoles secondaires songent à offrir un enseignement hybride en septembre, c'est-à-dire à la fois classique et virtuel.

Hélène Bourdages précise que les directions des écoles montréalaises sont d’accord avec la décision du gouvernement du Québec de repousser la réouverture des écoles du Grand Montréal au mois de septembre. C’est une décision qui est sage, c’est la santé publique qui a parlé, estime Hélène Bourdages.

Elle souligne que, lorsque le gouvernement avait annoncé le report du retour en classe au 25 mai pour les élèves du primaire, plusieurs parents avaient décidé de ne pas inscrire leur enfant à cette rentrée, particulièrement dans les quartiers défavorisés. Or, ce sont justement les élèves de ces secteurs que le gouvernement voulait ramener sur les bancs d’école en priorité. Les enfants que l’on visait davantage n’étaient pas au rendez-vous, donc la rentrée au 25 mai devenait de moins en moins probante, explique Hélène Bourdages.

Les directions d’écoles tâcheront donc, au cours des prochaines semaines, de préparer la rentrée de septembre, autant au primaire qu’au secondaire.

Hélène Bourdages indique que plusieurs directions du secondaire évoquent l’idée d’une école hybride qui n’exclurait pas que l’enseignement se fasse, en partie, en classe. On ne veut pas créer plus de décrochage, dit-elle. On pense que la présence réelle va encourager nos jeunes.

Mais elle précise qu’en raison des consignes d’éloignement physique, il sera impossible de recevoir tous les élèves en même temps dans les écoles, d’où la possibilité d’offrir aussi de l’enseignement en ligne.