•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

L’image internationale de Montréal entachée : Entrevue avec Michel Leblanc, CMMM

Le 15-18 sur ICI Première.
Rattrapage du 13 mai 2020 : Tourisme et juifs hassidiques

L’image internationale de Montréal entachée : Entrevue avec Michel Leblanc, CMMM

Tourisme : des inquiétudes pour le centre-ville de Montréal

Le centre-ville de Montréal, de nuit.
Montréal est l'épicentre de la pandémie de COVID-19 au Canada.PHOTO : Radio-Canada / Daniel Thomas
Le 15-18 sur ICI Première.
Le 15-18Publié le 13 mai 2020

Le président-directeur général de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Michel Leblanc, ne pense pas que l'ampleur de la pandémie de COVID-19 dans la métropole nuira à sa réputation et à son attractivité touristique à moyen ou à long terme. Il est toutefois beaucoup plus inquiet quant à une baisse du dynamisme du centre-ville, qui, elle, pourrait nuire au tourisme.

Pensons à notre centre-ville parce que, ce qui fait qu’une ville est vibrante, c’est un centre-ville qui est actif, affirme Michel Leblanc.

Il craint que les règles de confinement, combinées à une valorisation du télétravail, privent les commerces du centre-ville de leur achalandage habituel. Le danger qu’on court, si on ne fait pas attention, c’est que le centre-ville de Montréal va se faire balafrer parce qu’on va vivre beaucoup de fermetures de commerces, de tout ce qui vit de l’achalandage normal d’un centre-ville, s’inquiète Michel Leblanc.

Il demande donc aux autorités de trouver des façons de soutenir le centre-ville une fois que la crise sera terminée pour qu'il ne perde pas de son dynamisme et de son attractivité touristique.

Michel Leblanc souhaite aussi que le gouvernement du Québec concentre ses efforts sur la région de Montréal dans sa lutte au coronavirus : Ce qui est devenu l’enjeu du Québec, c’est la crise à Montréal. Moi, je voudrais que le gouvernement du Québec passe le prochain mois à Montréal en prenant les décisions d’ici, parce que c’est ici que la crise se trouve.