•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le 15-18, ICI Première.
Le 15-18, ICI Première.
Rattrapage du 5 mai 2020 : Parents à bout de nerfs et Montréal-Nord

Montréal-Nord, épicentre de la pandémie au pays : Entrevue avec Steves Boussiki

Coronavirus à Montréal-Nord : un reflet des inégalités sociales

Publié le 5 mai 2020
Trois femmes masquées marchent dans l'arrondissement de Montréal-Nord.
À Montréal-Nord, la COVID-19 a trouvé un terreau fertile.PHOTO : Radio-Canada / Ivanoh Demers

On le sait depuis longtemps : Montréal-Nord est un arrondissement défavorisé. Cela en fait un terreau idéal pour la transmission du coronavirus. Il ne faut donc pas s'étonner que cet arrondissement soit devenu l'épicentre de la pandémie au pays, selon le directeur général de la Table de quartier de Montréal-Nord, Steves Boussiki.

On a tardé à faire des investissements infrastructurels et structurels, ce qui n’a pas permis à Montréal-Nord d’accompagner la population de la même façon que dans l’ensemble de l’île, soutient Steves Boussiki.

Il souligne que la population de Montréal-Nord est aux prises avec de nombreux problèmes de santé, allant de l’obésité aux maladies pulmonaires, ce qui la rend vulnérable.

Steves Boussiki ajoute que Montréal-Nord est l’un des arrondissements où les organismes communautaires sont les moins financés en fonction de leur mission. Ces organismes sont, pour la plupart, hébergés dans des locaux municipaux, qui ont été fermés au début de la pandémie. Ils n’ont donc pas pu continuer à offrir leurs services à la population.

À tout cela s’ajoute la fracture numérique. Steves Boussiki précise qu’une grande partie de la population de Montréal-Nord n’est pas abonnée à Internet. En guise d’exemple, il mentionne qu’environ 30 % des parents d’élèves de la Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île ont une adresse courriel. La majorité de la population comptait sur les bibliothèques, qui sont fermées, pour avoir accès à Internet, indique-t-il.

« Il faut faire un choix entre s’abonner à Internet ou acheter de la nourriture. »

—  Steves Boussiki, directeur général de la Table de quartier de Montréal-Nord

Or, une grande partie des campagnes de sensibilisation de la santé publique se font en ligne.

Steves Boussiki souhaite que l’intérêt que les autorités portent à Montréal-Nord en ce contexte de pandémie soit maintenu même après la crise.