•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Garde partagée au temps du coronavirus : Entrevue avec Claudine Cusson

Le 15-18, ICI Première.
Rattrapage du 24 mars 2020 : Garde partagée et soins annulés

Garde partagée au temps du coronavirus : Entrevue avec Claudine Cusson

Garde partagée en temps de crise : ce que vous devez savoir

Une fillette est heureuse de revoir son père.
En raison de la crise du coronavirus, plusieurs parents souhaitent changer les modalités de garde de leurs enfants.PHOTO : iStock
Le 15-18, ICI Première.
Le 15-18Publié le 24 mars 2020

En cette période de crise du coronavirus, plusieurs parents souhaitent changer les modalités de garde de leurs enfants afin de les protéger et de protéger le reste de la famille du virus. Or, il faut de sérieux motifs pour changer la garde d'un enfant sans le consentement de l'autre parent, mentionne la médiatrice familiale Claudine Cusson.

Elle rappelle que, dans plusieurs cas, les modalités de garde de l’enfant ont été établies par un tribunal. Il faut avoir une très bonne raison pour changer un ordre de cour, il faut que ça soit grave, dit-elle.

Claudine Cusson estime que le fait que l’un des parents travaille et soit donc plus à risque de contracter la COVID-19 n’est pas une raison suffisante pour lui retirer la garde de l’enfant, surtout s’il ne présente aucun symptôme.

Elle ajoute toutefois qu’il est toujours possible pour les parents de s’entendre entre eux concernant la garde de leurs enfants, comme ils le font déjà lorsque l'un des deux doit s'absenter pour un voyage, par exemple.

En médiation familiale, on priorise toujours l'intérêt de l’enfant et sa sécurité émotionnelle, souligne-t-elle. Chaque fois qu’on fait un changement de garde, il y a un enfant qui est privé de voir l’un de ses parents et un parent qui est privé de voir son enfant. Ça, c’est le plus important.

Et si je perds mon emploi?

Si l’un des parents voit son salaire changer à la hausse ou à la baisse, que ce soit en raison d’une perte d’emploi ou d'une intensité accrue de son travail, ils peuvent consulter un médiateur (Nouvelle fenêtre) afin d’établir un nouveau montant pour la pension alimentaire. Claudine Cusson précise que le service est gratuit et qu’il peut se faire à distance.

Elle rappelle que les parents doivent toujours contribuer à la pension alimentaire en fonction de leur revenu.