•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

COVID-19 et droit du travail : entrevue avec Marianne Plamondon

Le 15-18 sur ICI Première.
Rattrapage du 12 mars 2020 : Mesures contre le coronavirus

COVID-19 et droit du travail : entrevue avec Marianne Plamondon

Coronavirus : ce que vous devez savoir sur l’isolement demandé par le gouvernement

Des passagers vérifient leurs billets au kiosque d'Air Canada à l'aéroport international de Vancouver (YVR)
Des passagers vérifient leurs billets au kiosque d'Air Canada à l'aéroport international de Vancouver (YVR) PHOTO : Radio-Canada / Ben Nelms
Le 15-18 sur ICI Première.
Le 15-18Publié le 12 mars 2020

Le premier ministre du Québec, François Legault, a demandé à toutes les personnes qui sont de retour de l'étranger depuis le 12 mars de s'isoler pour 14 jours à partir de leur date de retour au pays. L'avocate spécialisée en droit du travail Marianne Plamondon explique ce que cela signifie pour les personnes qui ne pourront pas se présenter à leur travail.

Ces travailleurs et travailleuses devraient d’abord recevoir une communication de la part de leur employeur leur expliquant leurs recours, selon Marianne Plamondon.

S’il est possible pour l’employé de faire du télétravail, l’employeur devrait favoriser cette option. Si cela n’est pas possible, l’employé pourrait alors utiliser sa banque de congés maladie, sa banque de vacances, l’assurance courte durée offerte par son employeur ou, en dernier recours, l’assurance-emploi.

Le dernier filet, c’est l’assurance-emploi, affirme Marianne Plamondon.

L’avocate se fait toutefois rassurante : un employé ne sera pas congédié parce qu’il se met en isolement au retour d’un voyage. Dans tous les cas, les employés vont préserver leur lien d’emploi, souligne-t-elle.

Pendant cette période d’isolement, si aucun symptôme ne se développe chez l’employé, celui-ci pourra réintégrer son emploi dès la fin de la quarantaine. Mais si jamais l’employé devenait malade pendant cette période, il devra obtenir un billet du médecin confirmant sa guérison avant de pouvoir retourner au travail.

Prioriser le télétravail

Marianne Plamondon rappelle que François Legault a demandé aux employeurs de privilégier, dans la mesure du possible, le télétravail pour tous leurs employés.

Si c’est possible, l’employeur devrait le permettre, mais il n’est jamais obligé de l’accepter, précise-t-elle.

Une version précédente de ce texte indiquait que les personnes ayant voyagé à l'étranger depuis le 27 février devaient s'isoler. Le gouvernement du Québec a précisé que la directive ne concernait que les personnes qui reviennent de l'étranger à partir du 12 mars, journée de l'annonce de cette mesure.