•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le 15-18, ICI Première.
Le 15-18, ICI Première.
Rattrapage du 9 mars 2020 : Coronavirus et érable

COVID-19, inquiétudes alimentées par la crise en Italie?Amir Khadir, médecin

Coronavirus : il faut songer à reporter les grands rassemblements, selon Amir Khadir

Publié le 9 mars 2020
 Un homme portant un masque de protection passe devant le Colisée, à Rome.
En Italie, des milliers de personnes ont contracté la COVID-19.PHOTO : Getty Images / ALBERTO PIZZOLI

Tous les yeux de l'Occident sont tournés vers l'Italie, où la crise de la COVID-19 prend une ampleur inattendue. Comment se fait-il que les cas de coronavirus s'y multiplient autant? Le même sort attend-il le Canada? Selon l'infectiologue Amir Khadir, les autorités canadiennes doivent prendre la crise très au sérieux.

Amir Khadir affirme que l’Italie a l’un des meilleurs systèmes de santé de toute l’Europe. Cela n’a pourtant pas empêché la COVID-19 de se propager dans le nord du pays, faisant des centaines de morts.

Quand on n’arrive pas à briser la chaîne de transmission, qui est l’objectif sur lequel insiste tant l’Organisation mondiale de la santé, c’est ce qui se produit, explique le médecin.

La situation est grave au point où il manque de ventilateurs pour traiter tous les patients. Les médecins italiens sont obligés de choisir qui ils devront intuber et ventiler, affirme Amir Khadir. Ce sont des choix excessivement déchirants.

Des médecins et des infirmières se retrouvent eux-mêmes aux soins intensifs après avoir été infectés.

Des mesures à prendre au Canada

Amir Khadir croit qu’il est impératif que le gouvernement canadien instaure des mesures pour freiner la propagation de la maladie. À son avis, les efforts doivent se concentrer sur les risques de contagion.

« Je pense que ce n’est pas à la population de s’énerver avec ça. »

—  Amir Khadir, infectiologue

C’est pourquoi il suggère l’annulation des grands rassemblements qui ne sont pas nécessaires si le nombre de cas se met à augmenter rapidement au pays.

Il estime aussi qu’il faut mieux suivre les personnes qui reviennent de foyers de contamination pour les prendre en charge le plus rapidement possible en cas d’apparition de symptômes.

Amir Khadir souligne que la Chine a réussi à freiner la propagation du coronavirus non seulement grâce à ses mises en quarantaine de masse, mais aussi par le dépistage rapide des cas individuels et leur isolement.

On est mieux d’en faire un peu plus au début pour être moins dépassés à la fin, croit-il.