•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Ça ne se demande pas à des personnes schizophrènes : Entrevue avec Richard Breton

Le 15-18, ICI Première.
Rattrapage du 24 févr. 2020 : Coronavirus et Harvey Weinstein

Ça ne se demande pas à des personnes schizophrènes : Entrevue avec Richard Breton

La vie ordinaire des personnes schizophrènes

Illustration d'un cerveau
Richard Breton rappelle qu’un diagnostic de schizophrénie, ce n’est pas un arrêt de mort.PHOTO : iStock
Le 15-18, ICI Première.
Le 15-18Publié le 24 février 2020

« On est comme tout le monde, mais on est tous uniques. » C'est ainsi que Richard Breton décrit les personnes qui, comme lui, sont atteintes de schizophrénie. Il rappelle qu'un diagnostic de schizophrénie, ce n'est pas un arrêt de mort. La vie continue et il faut essayer d'en profiter du mieux que l'on peut.

C’est après une tentative de suicide, alors qu’il travaillait dans l’armée, que Richard Breton a commencé à entendre des voix.

Il a su, des années plus tard, qu’à la suite de cette tentative de suicide, l’armée a diagnostiqué chez lui un début de schizophrénie. Elle ne lui en a toutefois jamais soufflé mot.

Pendant 15 ans, Richard Breton a donc vécu du mieux qu’il le pouvait avec ses symptômes, sans se douter du mal qui le rongeait. Pendant 15 ans, je me suis automédicamenté. J’arrivais le soir et ça me prenait mon joint pour arriver à dormir.

Richard Breton s’est marié, a acheté une maison et a eu des enfants. Ce n’est que plus tard qu’il a officiellement reçu son diagnostic de schizophrénie de la bouche d’un psychiatre.

« Ça fait partie de moi. J’ai été vu par 19 psychiatres, et ils ont tous dit la même chose. Je ne peux pas renier qui je suis. »

— Une citation de  Richard Breton

Il arrive à bien vivre avec sa maladie en combinant toutes sortes de moyens : la médication, une bonne alimentation, un bon sommeil, du sport, de la méditation, son chien, son chat, de la luminothérapie, etc.

Comme je le dis tout le temps : il faut trouver sa formule gagnante, conclut-il.