•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Justice avec Suzanne Coupal : Règlement sur l'usage des produits du tabac

Publicité : Annie Desrochers anime Le 15-18 à ICI Première, en semaine 15h
Audio fil du mercredi 7 mars 2018

Justice avec Suzanne Coupal : Règlement sur l'usage des produits du tabac

Hampstead a-t-elle le pouvoir d’interdire de fumer dans les lieux publics?

Il sera interdit de fumer sur les terrasses des bars et des restaurants du Québec à compter du 26 mai.
Une femme fume une cigarettePHOTO : Radio-Canada
Publicité : Annie Desrochers anime Le 15-18 à ICI Première, en semaine 15h
Le 15-18Publié le 7 mars 2018

Pour la juge à la retraite Suzanne Coupal, la décision de la municipalité de Hampstead d'interdire le tabac et la marijuana dans tous les lieux publics, incluant les trottoirs, n'est que la suite logique du mouvement antitabac entamé il y a déjà bien des années.

« Chaque ville peut gérer un peu comme elle veut non seulement sa sécurité, mais aussi son accès à l’air pur », affirme-t-elle.

Suzanne Coupal fait le parallèle avec l’alcool, dont la consommation est déjà interdite dans les lieux publics, dont les trottoirs, à Montréal.

« La municipalité a certainement le pouvoir de le faire. »

— Une citation de  Suzanne Coupal, juge à la retraite

Elle précise que Hampstead n’est pas la première municipalité à interdire de fumer dans les lieux publics puisque la ville de Sainte-Adèle a déjà adopté une telle mesure.

Suzanne Coupal croit que l’interdiction de la cigarette vise d’abord et avant tout la marijuana et qu’il pourrait peut-être y avoir là matière à contestation : « Le côté le plus intéressant, peut-être, pour contester cette loi-là, serait de dire que le but n’est pas vraiment de bannir la fumée de la cigarette, mais plutôt celle de la marijuana. »

Selon la juge à la retraite, là où l’interdiction de fumer pourrait plus difficilement passer d’un point de vue légal, c’est dans les logements. « Ça va engendrer de très beaux débats juridiques », pense-t-elle.