•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le 15-18, ICI Première.
Le 15-18, ICI Première.
Rattrapage du 3 mai 2021 : Rapport de la commission Laurent, et révolte ouvrière en 1843

L'histoire des idées avec Jonathan Livernois : La conscience ouvrière à Montréal

L’année 1843, marquante pour la mobilisation ouvrière

Publié le 3 mai 2021
Image d'époque montrant des personnes sur le pont d'un bateau voguant sur un canal.
La deuxième écluse du canal de Beauharnois, en 1900.PHOTO : BAnQ / J.-A. Dumas

Dans la région montréalaise, la solidarité ouvrière s'est émancipée au milieu du 19e siècle, lors d'un événement violent lié à la construction de l'ancien canal de Beauharnois. C'est là que des ouvriers, souvent contraints de travailler plus de 12 heures par jour dans de rudes conditions, ont manifesté leur mécontentement, comme le rappelle le professeur d'histoire Jonathan Livernois.

Achevé en 1845, le vieux canal de Beauharnois devait permettre de joindre le lac Saint-Louis et le lac Saint-François. Des immigrants irlandais, arrivés en masse au pays à cette époque, constituaient une bonne partie de la main-d’œuvre qui construisait le canal.

Lors d’une manifestation d’envergure, le 12 juin 1843, l’armée est intervenue avec force pour contrer la tenue du rassemblement ouvrier.

Jonathan Livernois explique que le décompte officiel a fait mention de six personnes mortes, mais que le bilan réel est probablement plus important.

Même s’il a été abandonné en 1907, le vieux canal de Beauharnois est encore partiellement visible au centre de Valleyfield.