•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le 15-18 sur ICI Première.
Le 15-18 sur ICI Première.
Rattrapage du 13 janv. 2021 : Chants marins, et Charles Tisseyre raconte Radio-Canada

Environnement et science avec Charles Tisseyre : Une MRC remplie de souvenirs

Les souvenirs de Charles Tisseyre dans la grande tour de Radio-Canada

Publié le 13 janvier 2021
En 1978, le journaliste Charles Tisseyre est assis derrière une machine à écrire dans la salle des nouvelles.
Charles Tisseyre dans la salle des nouvelles de Radio-Canada, en 1978PHOTO : Radio-Canada

Le journaliste Charles Tisseyre est entré à Radio-Canada en juin 1974, quelques mois après l'inauguration de la grande tour brune, à Montréal. « Ma carrière a à peu près l'âge de la Maison de Radio-Canada », dit-il en riant. À la veille du déménagement de tout le personnel montréalais de Radio-Canada dans les nouveaux bureaux, Charles Tisseyre se remémore quelques souvenirs de ses années passées dans la tour.

Ce jour de juin 1974 est encore frais à la mémoire du journaliste : Je m'en souviens comme si c’était hier, raconte-t-il. J’avais 24 ans, j’avais mis mon plus beau complet, mon seul complet, en fait.

Lorsque la télévision est arrivée, à la fin des années 1950, Radio-Canada a dû multiplier ses installations. Dans les années 1960, les activités du radiodiffuseur public national à Montréal étaient éparpillées dans 22 édifices, d’où son idée de raser un quartier complet pour construire une tour qui allait regrouper toutes ses opérations de production.

L'édifice a été construit pour durer, comme l’explique Charles Tisseyre. Faits de béton armé, ses studios sont, pour la plupart, situés sous terre, afin d’assurer une isolation maximale.

Pendant plusieurs décennies, les activités de production de Radio-Canada à Montréal ont été centralisées. On fabriquait décors et costumes à l’intérieur même de la tour, ce qui a permis à Charles Tisseyre, un jour, d’apparaître à l’émission Découverte déguisé en Batman.

Dans un décor tout en pierre, la réalisatrice de Découverte Jeannita Richard et l'animateur Charles Tisseyre déguisé en Batman sourient.

Jeannita Richard et Charles Tisseyre déguisés en Batman

Charles Tisseyre (Photo personnelle)

Le souvenir le plus vif à la mémoire du journaliste demeure toutefois l’explosion de la navette Challenger, en 1986. Charles Tisseyre était, à l’époque, affectateur régional. Il couvrait la science depuis déjà un certain temps, mais il avait fait très peu d’apparitions en ondes en direct.

Claude St-Laurent, qui était rédacteur en chef de la salle des nouvelles, passait à côté de moi quand on a vu la navette Challenger exploser, se rappelle-t-il. Il m’a donné une tape sur l’épaule et m’a dit : Charles, rase-toi, tu t’en vas en ondes.

Charles Tisseyre considère ce moment comme l’une de ses plus grandes expériences, celle qui a propulsé sa carrière.