•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Hélène Mercier, la journaliste cambrioleuse : Logement social à Bruxelles

Le 15-18, ICI Première.
Rattrapage du 4 déc. 2020 : Logement social à Bruxelles et liberté d'expression

Hélène Mercier, la journaliste cambrioleuse : Logement social à Bruxelles

Les soins et la solidarité sociale au cœur d’un projet de logement à Bruxelles

Image d'un long bâtiment blanc de cinq étages.
Le projet d'habitation CALICO comprend 34 logements. PHOTO : Urban Platform/CLTB
Le 15-18, ICI Première.
Le 15-18Publié le 4 décembre 2020

Un projet d'habitation novateur promet de donner une toute nouvelle dimension au logement social dans la capitale belge. Care and Living in Community (CALICO) est un édifice de 34 logements destinés à une population vulnérable, notamment les mères de famille monoparentale, les personnes âgées et les nouveaux arrivants. Mais, ce qu'il y a de particulièrement intéressant dans ce projet, selon la journaliste Hélène Mercier, c'est que l'on souhaite aussi y offrir des soins, tout en misant sur la solidarité sociale.

En plus des logements, le projet CALICO comprend une maison de naissance et une maison de mourance, qui seront ouvertes à toute la population du quartier. C’est l’un des aspects les plus intéressants de ce projet de logement social : on est vraiment dans le cycle de la vie au cœur d’une communauté, de l’accouchement jusqu’aux soins palliatifs, affirme Hélène Mercier.

Des professionnels de la santé y seront embauchés, mais on compte aussi sur la participation des résidents de l’immeuble, qui seront encouragés à devenir bénévoles pour briser l’isolement.

Rendre le territoire accessible

Le but du projet CALICO est aussi de rendre le territoire accessible à toute la communauté. Il est porté par le Community Land Trust Bruxelles, une organisation qui acquiert des terrains pour les gérer comme un bien commun, dans une perspective antispéculative, explique Hélène Mercier.

Comme la propriété du terrain est séparée de la propriété du bâtiment, cela permet aux ménages à faible revenu d’acheter un logement à un prix plus bas que celui du marché.

Chaque vendredi, Hélène Mercier, la journaliste cambrioleuse, nous présente une initiative intéressante adoptée ailleurs dans le monde en se demandant si cette dernière peut être importée à Montréal. Vous avez une suggestion à lui faire? Écrivez-nous : le1518@radio-canada.ca