•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Le métier de barista, ou comment préparer le meilleur café

Le 15-18, ICI Première.
Audio fil du lundi 20 février 2017

Le métier de barista, ou comment préparer le meilleur café

Société avec Danny Braün : L'Académie de café

David Lalonde pose devant sa machine à café.
David Lalonde, cofondateur de l'Académie de café de Montréal.PHOTO : Radio-Canada / Danny Braün
Le 15-18, ICI Première.
Le 15-18Publié le 20 février 2017

« Tu ne t'improvises pas docteur du jour au lendemain, alors je pense que c'est la même chose avec le café et le métier de barista », lance un passionné de café, en formation à l'Académie de café de Montréal. De la torréfaction à la mouture en passant par la qualité de l'eau, rien n'est laissé au hasard dans la préparation d'un café lorsque l'on est barista.

Appelées les cafés de la troisième vague, les boissons préparées par des baristas sont de plus en plus prisées des Montréalais, fait remarquer David Lalonde, cofondateur de l'Académie de café de Montréal, qui offre des formations à des entrepreneurs et à des passionnés.

« C'est le retour du café plus indépendant, plus petit, qui mise sur la qualité et non sur la quantité. »

— Une citation de  David Lalonde, copropriétaire de l'Académie de café de Montréal

Reconnaissable à sa saveur riche et plus subtile, ce café est moins torréfié, moins noir et non huileux. Alors qu'il y a quelque 200 composantes connues dans le vin, le café en regroupe plus de 800. « L'acidité, par exemple, c'est souvent un signe de sous torréfaction ou de grains qui n'ont pas été assez extraits », ajoute David Lalonde.

Comment faire un bon café latte?