•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Actualité avec Josée Boileau : Isolement et santé mentale des gens en CHSLD

Le 15-18, ICI Première.
Rattrapage du 31 mars 2020 : Coronavirus à Montréal et fabrication de masques

Actualité avec Josée Boileau : Isolement et santé mentale des gens en CHSLD

Josée Boileau, préoccupée par la santé mentale des personnes âgées isolées

Une femme dans la soixantaine assise dans un fauteuil dans le salon d'une maison.
Une femme âgée seule chez ellePHOTO : iStock
Le 15-18, ICI Première.
Le 15-18Publié le 2 avril 2020

La chroniqueuse Josée Boileau a été touchée par l'éclosion de coronavirus au Centre d'hébergement et de soins longue durée (CHSLD) de La Salle. C'est là que sa mère résidait jusqu'à son décès, en décembre dernier. « Ces cas-là, pour moi, ils ont des noms, ils ont des visages », affirme Josée Boileau. Elle s'inquiète pour tous les résidents qui sont confinés chez eux, sans possibilité de voir qui que ce soit, et dont plusieurs ne sont pas du tout autonomes.

Oui, le premier ministre François Legault a demandé aux Québécois d’appeler les personnes âgées dans leur famille pour briser leur isolement. Mais ce ne sont pas tous les aînés qui ont une famille, rappelle Josée Boileau. Et pour plusieurs d’entre eux, répondre au téléphone n’est même pas une possibilité.

Elle donne l’exemple de sa propre mère, qui avait toute sa tête, mais qui était trop faible pour manipuler un téléphone.

Elle cite aussi le cas de l’Hôtel-Dieu de Sherbrooke, qui a réservé une aile aux malades atteints de la COVID-19. Ceux-ci n’ont toutefois accès à aucun téléviseur, téléphone, réseau Internet ou radio. Et les visites y sont interdites.

On a pensé à leur sécurité physique, mais tout le soutien psychologique n’est pas là, déplore Josée Boileau.

Elle souligne aussi que toutes les activités généralement offertes dans les résidences pour personnes âgées ont été suspendues, ce qui leur enlève une grande source de distraction. C’est sûr que ça a l’air futile, mais j’estime que ce ne l’est pas, dit Josée Boileau. Il faut garder le moral parce que ça aide à la santé.

Elle est d’accord avec l’idée d’isoler les résidents atteints de la COVID-19, mais elle croit qu’il ne faut pas laisser tomber les autres.

« Je suis préoccupée par l’état psychologique dans lequel on est en train de laisser beaucoup de monde. »

— Une citation de  Josée Boileau, chroniqueuse