•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Entrevue avec Natasha Kanapé Fontaine : Représentation autochtone à l'écran

La soirée est (encore) jeune, ICI Première.
Audio fil du dimanche 11 mars 2018

Entrevue avec Natasha Kanapé Fontaine : Représentation autochtone à l'écran

La représentation autochtone au petit écran vue par Natasha Kanapé Fontaine

Natasha Kanapé-Fontaine au studio 18 de Radio-Canada, à Montréal, le 9 mai 2016.
La poète, comédienne et militante Natasha Kanapé-FontainePHOTO : Radio-Canada / Mathieu Arsenault
La soirée est (encore) jeune, ICI Première.
La soirée est (encore) jeunePublié le 12 mars 2018

La poétesse, comédienne et militante innue Natasha Kanapé Fontaine déplore le manque de représentation des Autochtones à la télévision.

La première Autochtone à intégrer la distribution de la série Unité 9 interprète, depuis l’automne dernier, le personnage de la détenue Eyota Standing Bear dans cette série diffusée à Radio-Canada.

Natasha Kanape Fontaine a hésité avant de dire oui, mais elle a vu dans ce rôle l'occasion de démonter les clichés associés aux Autochtones ainsi qu’un tremplin pour ouvrir la porte à d’autres jeunes comme elle.

La jeune femme, originaire de Pessamit sur la Côte-Nord, estime que la prise de conscience de l'existence d'une diversité progresse petit à petit dans le milieu de la télévision. Cependant, elle constate que le schéma colonial continue de dominer à l'écran, peu de premiers rôles étant confiés à des acteurs noirs ou autochtones.

« Pourtant, cela changerait les mentalités si l'on s’accordait le droit de mettre beaucoup plus de diversité à la télé », a-t-elle déclaré au micro de La soirée est (encore) jeune.

Natasha Kanapé Fontaine aimerait voir la nouvelle génération autochtone, surtout féminine, « prendre sa place et se donner le droit de dire ce qu’elle pense de la société dans laquelle elle vit et de changer les choses ».