•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Entrevue avec Catherine Dorion et Stéphane Gendron

La soirée est (encore) jeune, ICI Première.

Stéphane Gendron : « J’en ai démoli du monde sur le coin d’une table »

Montage d'une photo de Stéphane Gendron et d'une photo de Catherine Dorion
Stéphane Gendron et Catherine DorionPHOTO : Radio-Canada/Olivier Lalande
La soirée est (encore) jeune, ICI Première.
La soirée est (encore) jeunePublié le 19 avril 2021

L'ancien animateur de radio Stéphane Gendron fait partie du collectif Liberté d'oppression, qui a lancé une campagne pour réclamer la fin de la désinformation, de l'intimidation et des propos haineux dans les médias. « Je regarde ce que j'ai dit et ce que j'ai écrit, je me dis : C'est pas sérieux, j'ai pas fait ça pour vrai », regrette celui qui dénonce aujourd'hui les gestes qu'il a commis antérieurement. Il explique ce qui le poussait, à l'époque, à tenir ce type de propos.

La députée de Taschereau, Catherine Dorion, aussi signataire du collectif, propose quant à elle une solution, puisque porter plainte au Conseil de presse, au CRTC ou poursuivre en cour n’est pas une option, pour plusieurs. « Même s’il y a des recours, les gens ne les utilisent pas, parce qu’ils veulent juste que ça arrête et ils savent que s’ils font une plainte, ça va nourrir l’animateur ou le chroniqueur. »