•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Sexe, genre et identité, selon le spécialiste de la sexualité Michel Dorais

La nature selon Boucar, ICI Première.
Audio fil du samedi 16 juin 2018

Sexe, genre et identité, selon le spécialiste de la sexualité Michel Dorais

Sexe, genre et identité sexuelle : un exercice de vulgarisation

Un drapeau multicolore flotte au vent.
Le drapeau arc-en-ciel, ou drapeau de la fierté, est l'emblème de la communauté LGBT depuis 1978 (archives).PHOTO : Radio-Canada / Bruno Giguère
La nature selon Boucar, ICI Première.
La nature selon BoucarPublié le 18 juin 2018

Le sociologue et spécialiste du genre et de la sexualité Michel Dorais préfère parler de diversité sexuelle plutôt que de recourir à l'acronyme LGBTQIA+, qui englobe des réalités souvent bien différentes. Il s'est prêté à un exercice de vulgarisation sur les questions de sexe, de genre et d'identité sexuelle avec Boucar Diouf.

Il a d'abord voulu définir clairement ces trois notions qui sont souvent confondues, selon lui.

« Le sexe, c’est biologique, explique Michel Dorais. […] C’est notre corps. La plupart des gens naissent avec un sexe mâle ou femelle. Mais un pour cent [des gens], ou un peu plus, [sont] des intersexués ou des personnes au sexe ambigu. »

« Le genre, c’est construit. À partir du corps qu’on a, c’est le degré de masculinité ou de féminité, ou d’androgynie (qui est un mélange des deux), qu’on va exprimer dans la vie. »

« Ce qu’on a appelé l’orientation sexuelle [ou l’identité sexuelle, NDLR], c’est vers qui nous orientent nos désirs, par qui nous sommes attirés. »

Le lexique de la diversité sexuelle

Depuis le début de sa carrière, il y a environ 40 ans, la discussion sur ces questions s’est beaucoup élargie, le vocabulaire pour qualifier des situations des plus diverses s’est enrichi. Le professeur universitaire s’en réjouit.

Il cite l’expression « créatif au plan du genre » comme un bon exemple de cette évolution.

« Pendant longtemps, on disait que les gens étaient non conformes dans leur genre. Mais ne pas être quelque chose, personne n’aime se faire dire ça. Alors maintenant, on a des termes positifs. »

« Chacun doit finir par se reconnaître dans ces termes-là. Moi, mes étudiants me disent : "Quand on ne trouve pas le bon mot, bien on essaie d’en inventer un." »