•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

La nature selon Boucar, ICI Première.
La nature selon Boucar, ICI Première.
Rattrapage du 18 juill. 2020 : Les poux et le commérage

Entrevue avec la professeure Marina Doucerain : Le mémérage

Le commérage, une puissante colle sociale

Publié le 18 juillet 2020
Deux filles qui semblent s'adonner à du commérage.
Alors que le commérage s’est développé de bouche à oreille dans de petits groupes, aujourd'hui, il peut se faire à grande échelle via les médias sociaux.PHOTO : Ben White

« [Le commérage], ça nous donne une colle sociale, une manière de créer des liens, de [nous] sentir plus sur la même longueur d'onde avec une autre personne », dit Marina Doucerain, professeure au Département de psychologie de l'Université du Québec à Montréal. Cela explique en partie pourquoi le commérage peut apporter un sentiment de satisfaction à ceux qui le pratiquent.

Marina Doucerain ajoute qu'il constitue aussi une forme d’apprentissage culturel. « En [échangeant] de l’information comme ça sur quelqu’un d’autre, on s’assure qu’on utilise les mêmes règles, les mêmes normes d’interaction, les mêmes codes culturels », dit-elle.

Le commérage, une conversation pendant laquelle on tient des propos positifs ou négatifs sur une tierce personne, permet également une forme de comparaison sociale. « On va faire du commérage pour nous aider à nous sentir supérieurs, pour pointer les défauts de l’autre. On se rehausse d’une certaine manière », explique la professeure en psychologie.