•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

La nature selon Boucar, ICI Première.
La nature selon Boucar, ICI Première.
Rattrapage du 30 mai 2020 : Les zoonoses

Entrevue avec le journaliste scientifique Yanick Villedieu : Zoonoses 101

Les zoonoses, entre responsabilité humaine et hasard

Publié le 30 mai 2020
Une forêt coupée au Bhoutan, en Asie du sud.
Le journaliste scientifique à la retraite Yanick Villedieu explique que la déforestation augmente le contact de l'humain avec des espèces animales ou microbiennes nouvelles pour lui, ce qui cause l'apparition de zoonoses.PHOTO : getty images/istockphoto / Kabir Uddin

Que l'on pense au SRAS-CoV-2, à l'Ebola, au sida, au Zika ou même à la peste, tous ces virus ont été transmis à l'humain par des animaux. C'est ce que l'on appelle les zoonoses. « C'est presque la règle pour les maladies infectieuses, parce qu'on rapporte que 75 % des maladies émergentes apparues depuis le début du 20e siècle sont d'origine animale », dit Yanick Villedieu, journaliste scientifique à la retraite. Il explique que si ces maladies sont le fruit du hasard, les comportements de l'humain en sont toutefois en partie responsables.

« C’est un peu le hasard ainsi que la proximité entre l’humain et l’animal qui font que le virus passe de l’animal à l’humain. [...] C’est une question de mutation génétique, et des mutations génétiques, ça se fait au hasard des reproductions du virus. »

—  Yanick Villedieu, journaliste scientifique

Au-delà de ces mutations, les êtres humains ont aussi leur part de responsabilité dans la prolifération des zoonoses, puisqu'ils causent de nombreux dérangements dans les écosystèmes, par exemple avec la déforestation. « On coupe de plus en plus de forêts, on va de plus en plus proche de ces écosystèmes, donc statistiquement parlant, on a plus de chances qu’un humain soit en contact avec un animal qui ait une source de virus ou éventuellement d’une zoonose », affirme le journaliste scientifique.

Les changements énormes dans l’écologie humaine expliquent aussi pourquoi il y a de plus en plus de ces maladies. La population mondiale augmente, et les déplacements de population aussi, ce qui multiplie les contacts non seulement entre les humains et les animaux, mais aussi entre les humains.

Respecter davantage l’habitat des animaux sauvages fait donc partie des solutions pour diminuer l’émergence de ces zoonoses. « La façon de se mettre à l'abri, c'est de mieux respecter cette biodiversité que nous maltraitons beaucoup. C’est plus facile à dire qu’à faire, j'en conviens », explique Yanick Villedieu.