•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Entrevue avec Nafissa Ismail, neuroscientifique de l'Université d'Ottawa

La nature selon Boucar, ICI Première.
Rattrapage du 6 août 2022 : Les guêpes et le harcèlement

Entrevue avec Nafissa Ismail, neuroscientifique de l'Université d'Ottawa

L’incidence du harcèlement sur le cerveau est un fait

Une femme vit de le stress au bureau.
Les adolescents qui souffrent du stress chronique dû à l'harcèlement peuvent guérir plus facilement par la suite qu’un adulte. PHOTO : Getty Images / ljubaphoto
La nature selon Boucar, ICI Première.
La nature selon BoucarPublié le 15 juillet 2022

Il est prouvé que l'intimidation peut avoir des répercussions à long terme sur le cerveau, comme la difficulté pour une personne de prendre des décisions, de se rappeler une information ou de réguler ses émotions. Voilà ce qu'explique la neuroscientifique de l'Université d'Ottawa Nafissa Ismail. Selon elle, le stress psychosocial provoque de l'inflammation dans certaines parties du cerveau qui peuvent se voir affectées.

« Les changements dans le cerveau d’une personne vont dépendre de la durée du stress chronique auquel elle est exposée. »

— Une citation de  Nafissa Ismail

La neuroscientifique conseille surtout aux gens de faire preuve de vigilance pour que les adolescents ne soient pas exposés à un stress chronique dû au harcèlement, car parfois, les conséquences sur la santé peuvent être irréversibles.