•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

La nature selon Boucar, ICI Première.
La nature selon Boucar, ICI Première.
La nature selon Boucar

Rattrapage du 6 août 2022 : Les guêpes et le harcèlement

Résumé

L'entomologiste Étienne Normandin-Leclerc se penche sur les guêpes; Normand Brathwaite nous parle de sa relation avec les guêpes et de harcèlement; et la neuroscientifique de l'Université d'Ottawa Nafissa Ismail fait le point sur l'impact du harcèlement sur le cerveau.

  • 11 heures 6 minutes

    Présentation de l'émission : Les guêpes et le harcèlement

  • 11 heures 15 minutes

    Entrevue avec Étienne Normandin-Leclerc :  entomologiste

    Un petit nid et une guêpe.

    Mieux comprendre les guêpes pour éviter de se faire piquer

    « Il ne faut pas brusquer les guêpes. Si on panique, c'est là qu'elles vont se mettre en mode attaque », affirme l'entomologiste Étienne Normandin-Leclerc. Selon lui, les guêpes sont des insectes omnivores très protecteurs, qui possèdent des phéromones d'alarme qu'ils lancent pour identifier l'attaquant. En général, lorsqu'une guêpe s'approche de notre nourriture, il suffit de lui bloquer la vue avec nos mains pour qu'elle parte avant de s'énerver.
  • 11 heures 34 minutes

    Entrevue avec Normand Brathwaite : sur les guêpes et l'harcèlement

  • 11 heures 45 minutes

    Entrevue avec Nafissa Ismail, neuroscientifique de l'Université d'Ottawa

    Une femme vit de le stress au bureau.

    L’incidence du harcèlement sur le cerveau est un fait

    Il est prouvé que l'intimidation peut avoir des répercussions à long terme sur le cerveau, comme la difficulté pour une personne de prendre des décisions, de se rappeler une information ou de réguler ses émotions. Voilà ce qu'explique la neuroscientifique de l'Université d'Ottawa Nafissa Ismail. Selon elle, le stress psychosocial provoque de l'inflammation dans certaines parties du cerveau qui peuvent se voir affectées.
  • 11 heures 57 minutes

    Le mot de la fin